Livres

Vous trouverez dans cette rubrique une présentation des deux livres écrits par Prem Rawat : La paix est possible et Apprendre à s’écouter.

Ils sont une invitation à approfondir la connaissance que nous avons de nous-même afin de découvrir une capacité que nous pouvons tous développer pour notre plus grand profit : celle de ressentir la paix dans notre vie quotidienne, quelles que soient les circonstances.

Quelques articles et interviews parus à l’occasion de la sortie de ces livres viendront compléter cette rubrique au fur et à mesure de leur publication ou traduction.

HY_French_Book_cover
OÙ ACHETER LE LIVRE

Sur un site de vente en ligne comme par exemple :
 cultura 

 decitre

  fnac

 lalibrairie

 placedeslibraires

ou dans votre librairie préférée.

Apprendre à s’écouter… Comment trouver la paix dans le bruit du monde
par Prem Rawat

« Je vous invite à cheminer un moment avec moi, et vous serez surpris par les voies que nous prendrons. Nous nous écarterons des théories et des croyances pour nous diriger vers une forme unique de connaissance qui se situe en nous, libérée des divertissements du quotidien, un lieu où vous trouverez la lucidité, l’épanouissement et la joie. Un lieu de paix intérieure. »

C’est à un véritable voyage vers soi-même que ce livre nous convie, ce soi sans commune mesure avec celui par lequel nous nous définissons et qui demeure intouché par les hauts et les bas de la vie, celui dont nous avons souvent l’intuition et que nous espérons pouvoir rencontrer ou retrouver un jour.

Par des propos simples, parfois empreints d’humour et d’espièglerie, Prem Rawat nous invite à devenir de fins observateurs de ce qui se passe en nous, étape incontournable si nous souhaitons accéder à une meilleure connaissance de nous-même, connaissance indispensable pour pouvoir nous frayer un chemin vers la paix, socle majeur de notre bonheur.

Ce voyage hors du commun vers l’être unique que nous sommes, nous fait passer par un étonnant déchiffrage des mécanismes de notre pensée et un réjouissant rappel de nos ressources intérieures.

« Au fil des histoires et des idées présentées dans cet ouvrage, vous aurez l’occasion de découvrir des perspectives insoupçonnées sur quelque chose que nous partageons tous et devrions, à mon sens, célébrer davantage : l’incroyable esprit humain. J’aimerais aussi, tout particulièrement, vous faire rencontrer et connaître une personne remarquable. »

Ces pages passionnantes nous donnent un avant-goût du plaisir que l’on éprouve lorsqu’on pressent l’imminence d’une rencontre avec un être cher, trop souvent négligé : l’indescriptible et paisible soi-même, celui qu’on ne peut que ressentir.

 

Lettre de l’éditrice

Être éditrice de Prem Rawat, c’est entrer dans le sillage d’un homme incroyablement incarné. J’ai rencontré son énergie et sa présence au Casino de Paris en 2019, où il était venu parler de la paix devant une salle comble. Nous avons été présentés et j’ignorais que nous posions la première pierre d’une belle aventure éditoriale. La publication a été chahutée par les événements mondiaux, mais tout a été traversé dans la confiance.

Lire le texte intégral

Lettre de Anne Ducrocq, éditrice.

Cher(e) lecteur(trice),

Être éditrice de Prem Rawat, c’est entrer dans le sillage d’un homme incroyablement incarné. J’ai rencontré son énergie et sa présence au Casino de Paris en 2019, où il était venu parler de la paix devant une salle comble. Nous avons été présentés et j’ignorais que nous posions la première pierre d’une belle aventure éditoriale. La publication a été chahutée par les événements mondiaux, mais tout a été traversé dans la confiance. Je sais qu’il attend aujourd’hui avec impatience la levée des barrières sanitaires entre pays pour venir à la rencontre du public français !

Prem Rawat n’est pas le premier à parler de la paix qui nous habite. Et pourtant il est le premier car son destin est unique – son père était un sage reconnu, il a reçu une éducation indienne et vit aux États-Unis –, ses expériences aussi. Tout homme est le premier à être.

Il parle de la paix intérieure d’une façon très simple, et Dieu sait si pour être simple il faut une vie entière et que peu nombreux sont les élus ! Prem est concret, pas prétentieux pour un sou et proche de ceux qu’il rencontre. C’est un messager de la vie quotidienne.

Sa conviction que la paix intérieure est possible, qu’elle est une voie de libération pour chacun n’est pas un élément de discours chez lui. Je suis particulièrement touchée par son engagement auprès des prisonniers, notamment dans des prisons de haute sécurité ou près de personnes enfermées à vie. Il parcourt également le monde pour parler de la paix, dans de petits villages à peine sortis de guerre civile en Afrique ou dans des stades de foot remplis, sa Fondation permet la fourniture d’eau potable et de repas nutritif au Ghana, au Népal et en Inde…

Prem Rawat est un homme qui fait ce qu’il dit.

Anne Ducrocq, 12 avril 2021

Critique littéraire d’Erick Pohlhammer

À l’université, le professeur de musique qui me supervisait en vue de l’obtention de ma licence en esthétique, nous disait souvent : « Écoutez la musique sans penser à rien. La moindre pensée vous distraira des violons, du rythme, des intervalles, du piano, des nuances de la mélodie… et si vous pensez pendant toute la symphonie, non seulement vous n’y comprendrez rien, mais vous ne pourrez pas l’apprécier. »

Ce joyau de sagesse inépuisable intitulé Apprendre à s’écouter me rappelle ce grand professeur de musique.

Lire le texte intégral

Le point de vue du poète chilien Erick Polhammer

Des trésors de sagesse inépuisables
« Mieux vaut allumer une bougie que maudire l’obscurité. »
(un proverbe cité dans le livre).

Écouter est un art. Entendre ne demande aucun effort. On jette un caillou dans l’eau et le son qu’on entend ressemble à « splash » : le tympan de l’oreille capte ce son involontairement. Par ailleurs, écouter une symphonie de Mozart du début à la fin, sans se laisser distraire, sans être interrompu par des pensées autoréférentielles, exige un effort et une attention considérables.

À l’université, le professeur de musique qui me supervisait en vue de l’obtention de ma licence en esthétique, nous disait souvent : « Écoutez la musique sans penser à rien. La moindre pensée vous distraira des violons, du rythme, des intervalles, du piano, des nuances de la mélodie… et si vous pensez pendant toute la symphonie, non seulement vous n’y comprendrez rien, mais vous ne pourrez pas l’apprécier. »

Ce joyau de sagesse inépuisable intitulé Apprendre à s’écouter me rappelle ce grand professeur de musique. « Chaque souffle est une fête » : je m’arrête à ce passage et j’interromps mon discours intérieur. Alors, en harmonie avec le rythme subtil et naturel de la respiration, je lis ce passage très attentivement : « La présence du souffle dans notre vie n’est subordonnée à aucune condition. Jour après jour, le souffle nous est donné, sans avoir pris rendez-vous, sans porter de jugement. Il vient quand nous avons été bons et quand nous avons été mauvais. Il vient quand nous n’y pensons pas et quand nous y pensons. Il n’est rien de plus précieux. Aucune fortune n’est assez grande pour l’acquérir. Voilà à quel point nous sommes riches ! Nous sommes en possession d’un bien inestimable. »

Je pense comme il est bon de ne pas penser. Alors j’arrête de penser. Et je me dis : « Comme il est doux de laisser aller la pensée quand elle est posée sur la balançoire d’une respiration lente et paisible ». Je pense à René Descartes et j’écris : « Je respire, donc je suis. » Jeunes gens qui étudiez, n’ignorez pas Descartes : c’est le premier qui, dans notre monde occidental, a réfléchi par lui-même (en-dehors de tout dogme). René Descartes a ouvert la voie à la modernité avec sa phrase célèbre entre toutes : « Je pense, donc je suis. »

L’attention aimante que l’auteur accorde au souffle à maintes reprises, m’amène à m’immerger dans l’aventure et à continuer à lire. Je tombe sur une perle de limpidité : « Devrions-nous aspirer à être complètement détachés du monde qui nous entoure ? C’est une question que l’on me pose souvent. Mon point de vue est simple : on ne peut se détacher à cent pour cent. Quiconque prétend vivre entièrement à l’abri des diversions quotidiennes est probablement dans l’illusion. À la lecture de certains passages de la vie de Bouddha, j’ai constaté que c’est seulement après avoir atteint l’illumination qu’il est devenu ambitieux et a éprouvé la volonté de répandre partout son message de paix. »

Des mots. Des mots. Ce ne sont que des mots, proteste la pensée mécanique. « La pensée mécanique est semblable à un pêcheur distrait qui s’emmêle de temps en temps dans ses filets. » (Krishnamurti)

« Ne nous laissons pas embrouiller par les mots » dit l’auteur à un moment. Voilà un avertissement qui est justifié. Justifié, parce que le thème essentiel du livre est la paix et, après tout, l’auteur a été nommé Ambassadeur de la paix par le Parlement européen.

« Nous devrions tous être des ambassadeurs de la paix, pas seulement moi », a dit l’auteur à maintes reprises. Paix. Paix. Paix. Paix. Se laisser embrouiller par le mot paix, qu’est-ce que ça veut dire ? S’arrêter au son. S’arrêter au signe. Le signe qui indique autre chose. C’est un peu comme si on était au volant de sa voiture et qu’on se retrouve perplexe devant un panneau indicateur, un panneau STOP par exemple. On s’arrête et on ne redémarre pas, on ne reprend pas la route.

C’est pareil quand on tourne en rond dans nos pensées ou quand on reste sur la rive au lieu de traverser la rivière. Dans son génial Cours de linguistique générale, le linguiste Ferdinand de Saussure dit : « Le signe linguistique est une image phonétique. » Prem dit : « Le sentiment de paix est la plus profonde expression de ma personne. Mais il fait aussi partie de quelque chose de plus grand que nous tous. Après la mort, cette sérénité continue à habiter chaque atome de l’univers. Cette quiétude est infinie. »

Dans cette œuvre, j’entends l’océan derrière le son « paix ». En portugais, papillon se dit « borboleta ». Les papillons s’en soucient-ils ? En espagnol, cascade se dit « cascada ». La chose est la même, les mots sont différents. C’est tout à fait clair : la carte n’est pas le territoire.

Apprendre à s’écouter est une carte claire qui nous aide en douceur à trouver notre soi intérieur. Je pose la question : Que devons-nous écouter pour enlacer un être cher ? Quel être cher ? Le soi intérieur. Le soi. Le soi intérieur profond (pas la personnalité factice). On ne peut pas écouter une personnalité factice. Elle est vide. Elle n’existe pas. Ce n’est qu’une coquille dans laquelle il n’y a pas de noix. Il ne nous est pas possible, à nous êtres humains, de faire abstraction de notre soi. Nous y reviendrons tôt ou tard. Nous y sommes déjà revenus. Voici une autre petite carte, avec laquelle je termine cette critique. « Mon cœur abrite des océans sur lesquels je navigue, non pour voguer vers une destination, mais parce que ce voyage est exceptionnel. » Un de tes poèmes pour conclure, maître ?

Dans l’obscurité, tu m’as dit d’apprendre à regarder. Au début, je ne comprenais pas, mais maintenant je vois.
Sans coupe devant moi, tu m’as dit d’apprendre à goûter. Au début, j’avais soif, mais maintenant j’ai bu.
Sans mouvement, tu m’as dit d’apprendre à toucher. Au début, j’étais engourdi, mais maintenant je sens.
Dans le silence, tu m’as dit d’apprendre à écouter. Au début, j’étais sourd, mais maintenant j’entends.

Je comprends mieux, après avoir lu ce livre, pourquoi un jour de l’année 1979, le célèbre psychothérapeute gestaltiste et excellent psychiatre humaniste Claudio Naranjo, nous a dit à nous tous, ses étudiants et futurs éducateurs et gestalt thérapeutes : « Écoutez attentivement et sans préjugés le sage Prem Rawat, un Einstein de la conscience, un poète remarquable qui adresse en toute simplicité son chant à l’amour infini qui guérit. »

Erick Swen Pohlhammer Boccardo est un poète, écrivain et professeur de littérature chilien. Parmi les nombreux prix littéraires qu’il a reçus, il faut citer le Prix Pablo Neruda.

142688_couverture_Hres_0
OÙ ACHETER LE LIVRE

Sur un site de vente en ligne comme par exemple :
 cultura 

 decitre

  fnac

 lalibrairie

 placedeslibraires

ou dans votre librairie préférée.

La paix est possible… Elle commence par vous

« Là-haut sur la montagne vivait un jardinier… » qui éprouvait la paix intérieure et la sérénité. Sa bonté naturelle éveilla la compréhension du seau percé qui ne voyait rien d’autre que ses défauts. Dans Quand le désert fleurit* vous serez introduit auprès du jardinier de la connaissance de soi, Prem Rawat. Ce captivant petit livre invite le lecteur à plonger en lui-même et à cultiver le terreau de son cœur.

Au travers de paroles de sagesse, de petites histoires captivantes et de questionnements qui invitent à la découverte « du soi véritable, celui qui ne change jamais, même quand le corps vieillit », notre jardinier utilise son art consumé de conteur, pour nous inspirer à cultiver nos cœurs, éliminer les ronces et les épines de l’illusion et faire s’épanouir nos jardins de paix. Nous possédons tous en nous-même un potentiel de graines qui attendent patiemment dans la terre fertile de nos esprits que nous les arrosions de clarté et de connaissance.

Avec une remarquable simplicité, les paroles de Prem nous aident à éclairer les replis de notre conscience pour y faire fleurir la joie. La lecture de Quand le désert fleurit favorise l’éclosion des graines de notre potentiel intérieur en bourgeons éclatants de beauté et de profondeur.

Comme le gland qui porte en lui la promesse du chêne géant, notre potentiel est énorme lorsque nous sommes enracinés avec fermeté dans la paix.

Ces contes font office d’eau, de chaleur et de lumière, conditions nécessaires à la germination de l’espoir. Dès les premières lignes, vous verrez poindre hors du sol une délicate pousse de clarté aux radicelles fines comme des cheveux. Lorsque vous refermerez ce livre, votre conscience se sera épanouie en un puissant feuillage avec des racines bien ancrées dans le sol.

Les plantes, les animaux et les hommes ont besoin d’air pur pour respirer. « Dès que tu te sens petit, insignifiant, pense à cet air qui entre miraculeusement en toi et sois reconnaissant. »

Ce livre nous amène à ressentir la gratitude pour chaque respiration que l’on prend. La juste appréciation de la vie procure une joie pure d’union avec soi-même et avec l’univers qui nous entoure.

Les ingrédients nécessaires à l’épanouissement de la paix sont en nous, comme les ingrédients nécessaires à la croissance du chêne se trouvent déjà dans le simple gland. Lorsque nous aurons appris à prendre soin de notre jardin intérieur, nous serons en mesure de partager notre paix avec les autres et la paix dans le monde deviendra possible. Comme l’écrit Serge Marquis dans sa préface, « Il n’y aura de paix sur cette terre que s’il y a la paix en chaque individu, et c’est à cette paix que Prem Rawat nous convie. »

* Titre original du livre précédemment publié par les Éditions Leduc.s

Lire des avis de lecteurs et lectrices

Je suis toujours surpris qu’à partir des mêmes notes de musique, les musiciens au fil des siècles arrivent toujours à créer des mélodies qui enchantent nos cœurs. Il en est de même avec ce très beau livre de Prem Rawat. Des mots simples il est vrai, mais qui sont assemblés de telle manière qu’ils résonnent en moi comme une joyeuse farandole ! On lit ce livre en continu comme un bol de chocolat chaud une soirée d’hiver de retour de ballade. On en sort grandi, revigoré, clarifié, plein d’ énergie et de confiance en soi. Le véritable ami est en nous, l’auteur nous y emmène, c’est acquis. Égoïstement je vous recommande la découverte de ce voyage intérieur car j’aimerais tellement le partager avec la terre entière !

Daniel R.

 

Un livre à déguster à tous les âges car il s’adresse à l’enfant qui est en nous et qui n’aspire qu’à s’éveiller. A offrir, à partager et à relire sans modération : on s’interroge, on sourit, on en redemande c’est une vraie caresse pleine de Sagesse. Merci à Prem Rawat pour ce moment de douceur.

Elie Delam

 

J’ai beaucoup apprécié ce livre, pour la profondeur de son message, la sagesse et l’inspiration qui émanent de ces petites histoires joliment illustrées. L’auteur nous propose de découvrir ce qu’il y a de beau en nous…une bien belle aventure !

Danielle S.

 

Vous voyez le goût et la joie que vous procure une framboise dénichée au détour d’un chemin lors d’une difficile et longue randonnée ? Ce livre a ce goût-la et vous emmène dans un voyage vers une personne incroyable… vous-Même ! Des illustrations superbes, des fables philosophiques, et des échanges ponctuent cet ouvrage lumineux qui a l’intelligence de parler directement au coeur de manière simple, claire… Pas de superflu ici. Pas de jugement. Pas de leçon. Juste de l’essentiel. Il est question d’éclosion, de clarté, de paix et de soif à étancher. A expérimenter !

Eva R.

interview-serge-marquis-parle-de-prem-rawat

 À l’occasion de la sortie du dernier livre de Prem Rawat en France

Serge Marquis partage sa perception de Prem Rawat et de son message avec les Éditions du Seuil qui ont publié récemment “Apprendre à s’écouter. Comment trouver la paix dans le bruit du monde”.

Serge Marquis est un médecin québécois, co-auteur de « Bienvenue parmi les humains » et auteur du best-seller « Pensouillard le Hamster ; Petit Traité de Décroissance Personnelle » publié en France aux Éditions de La Martinière sous le titre « On est foutu, on pense trop ! ».

Il a préfacé le précédent ouvrage de Prem Rawat “Quand le désert fleurit… et autres graines de vie” paru dans la collection poche du Seuil sous le titre : “La paix est possible. Elle commence par vous”.

 

Interview-radio-cusano-italie

Interview accordée à une chaine de télévision italienne

A l’occasion de la sortie de “Apprendre à s’écouter” en Italie, Gianluca Fabi, journaliste et directeur de Radio Cusano, interroge Prem Rawat sur son nouveau livre et la vie en général. Cette interview a été diffusée sur la chaîne de télévision Cusano Italia.

Voir l’interview traduite en français

Voir d’autres interviews sur le même thème accordées à des radios et des chaines de telévison italiennes et espagnoles (en VO) 

milan-septembre-2020-presentation-livre-apprendre-a-s-ecouter

Prem Rawat présente “Apprendre à s’écouter. Comment trouver la paix dans le bruit du monde” à Milan

“Où allons-nous trouver la réponse aux questions que nous nous posons ?”

kifubon-dons-livres

Kifubon dans le monde

Au Japon, en Afrique du Sud, au Royaume-Uni, en Espagne, au Portugal… Kifubon distribue ce livre à toute institution et association qui souhaite promouvoir des valeurs telles que la dignité, la bienveillance et la paix.

Jusqu’à présent, plus de 10000 livres ont été offerts dans des contextes très divers afin de contribuer à l’émergence d’une culture d’empathie et de compassion.  

“Quand suffisamment d’entre nous expérimenterons la compassion et l’empathie dans notre coeur et dans notre esprit, alors l’humanité entière en bénéficiera”  

Yutaka Kinoshita

President de Bunya publishing corporation, LLC, Nagano Japon